Découvrir Mademoiselle Culotte : la première marque française 🇫️🇷️ à avoir rendu la culotte menstruelle accessible à toutes les femmes.
Ménopause précoce - Symptômes, causes, traitements

Ménopause précoce - Symptômes, causes, traitements

Si la ménopause touche généralement les femmes à partir de 45 ans, il arrive qu’elle intervienne avant. C’est d’ailleurs le cas pour 1 à 2 % des femmes qui souffrent d’insuffisance ovarienne prématurée. En plus des symptômes liés à la périménopause, l’IOP entraîne surtout des troubles de la fertilité. Alors quelles sont les causes de la ménopause précoce ? Quels sont les traitements envisageables ? Mademoiselle Culotte répond à vos questions. 


À quel âge peut-on dire qu’on est en ménopause précoce ? 


En moyenne, la ménopause survient chez les femmes entre 45 et 55 ans. Les ovaires cessent de fonctionner. Elles ne produisent plus d’hormones féminines (œstrogènes et progestérone) empêchant ainsi la libération des ovules. 

Ce qui veut dire que les femmes ménopausées n’ont plus leurs règles. Mais cette aménorrhée s’accompagne aussi d’une infertilité précoce. Elles ne peuvent plus avoir d’enfants. Si c’est dans l’ordre naturel, ça peut devenir problématique lorsque la ménopause intervient trop jeune. En particulier pour les femmes qui ont un désir d’enfant qui n’a pas encore été concrétisé. 

De manière générale, la ménopause précoce (ou insuffisance ovarienne prématurée) est caractérisée lorsque les premiers symptômes de la préménopause surviennent avant l'âge de 40 ans. 


Quels sont les symptômes de la ménopause précoce ? 


Les symptômes de la ménopause précoce ne sont pas différents d’une préménopause classique. La seule spécificité, c’est qu’ils apparaissent à un âge plus jeune. 

Voici quelques symptômes courants :

  • Les bouffées de chaleur : une sensation soudaine de chaleur intense parcourt l’ensemble du corps (le visage, le cou, la poitrine, …). C’est le plus commun. 
  • Les modifications de cycle menstruel : comme la vie hormonale est en train de s’éteindre progressivement, les cycles menstruels sont bouleversés. Les règles sont beaucoup plus irrégulières, aussi bien en termes de fréquence que d’intensité du flux. Pendant cette période, la culotte menstruelle est un MUST HAVE. Elle vous évitera de subir l’inconfort d’une protection hygiénique traditionnelle ou de craindre une fuite sur vos beaux vêtements.
  • La sécheresse vaginale : la lubrification naturelle de la muqueuse vaginale commence à s’atténuer. Sans lubrifiant adapté, cela peut entraîner des douleurs pendant les rapports sexuels.
  • Une baisse de la libido : la sécheresse vaginale n’aide pas. Mais de manière globale, le désir sexuel est moins intense.
  • Les changements de l'humeur : les fluctuations hormonales étant à leur apogée, les sautes d’humeur sont assez fréquentes avec un accroissement de l'anxiété, des épisodes de dépression ou encore de l'irritabilité.
  • Les troubles du sommeil : il est plus difficile de s'endormir, mais aussi de rester endormie. Ce qui entraîne une fatigue persistante et un manque global d'énergie. 

 

En général, les femmes commencent à ressentir un ou plusieurs de ces symptômes 2 ans (en moyenne) avant l’arrêt définitif du fonctionnement des ovaires. 


Dès les premiers symptômes de ménopause précoce, il est recommandé de consulter un professionnel de la santé. Votre médecin ou votre gynécologue pourra établir un diagnostic précis avec bilan endocrinien et génétique pour comprendre l’origine de cette insuffisance ovarienne prématurée (IOP). 

 


Quelles sont les causes de la ménopause précoce ? 


Même si la situation évolue, la ménopause est encore mal perçue par nos sociétés modernes. C’est la fin de la vie hormonale des femmes, mais pas encore la fin de leur vie. Loin de là ! Et pourtant, les magazines, la télévision et autres discours donnent l’impression que les femmes ménopausées ont moins de valeurs. Elles sont moins mises en avant. 


Alors quand ça arrive de manière prématurée, ce phénomène peut être traumatisant. D’où l’importance d’en comprendre l’origine. Et sur ce point, il n’y a pas UNE cause, mais plusieurs origines possibles : 

  • La génétique : si votre mère, vos tantes, vos cousines, vos grands-mères ont subi une ménopause précoce, vous avez plus de risques de connaître un sort similaire. 
  • Les maladies : thyroïde auto-immune, maladie cœliaque, syndrome de Turner,  lupus,  maladie de Basedow, diabète de type I, maladie d'Addison, polyarthrite rhumatoïde, myasthénie, maladie de Crohn … Autant de maladies pouvant expliquer une ménopause prématurée.  
  • Les traitements médicaux : la chimiothérapie ou la radiothérapie vont affecter le fonctionnement normal des organes génitaux féminins. 
  • Les facteurs environnementaux : l'exposition à des toxines, des produits chimiques ou des radiations endommage le bon fonctionnement de l'organisme. Et parfois, ce sont les ovaires qui sont les premières touchées. 
  • La chirurgie : comme l’ablation chirurgicale des ovaires ou de l’utérus après un cancer. Dans ce cas, la femme est automatiquement ménopausée, car elle n’aura plus ses règles ni ne pourra concevoir d’enfant faute d’ovulation. 

Même s’il est possible d’envisager la cause de ménopause précoce, elle reste inconnue dans 80 % des cas. 


Est-il possible de “ralentir” la ménopause précoce ?


Lorsque les premiers symptômes de la ménopause apparaissent, il semble impossible de les inverser. Heureusement, il existe de plus en plus de traitements pour gérer les symptômes associés : 

  • L’hormonothérapie :  le traitement hormonal substitutif (THS) vise à compenser la diminution des taux d’œstrogènes et progestérone. Ce qui peut atténuer les bouffées de chaleur, la sécheresse vaginale et les troubles du sommeil. Il est à prendre jusqu’à l'âge de 50 ans. Cependant, ce traitement hormonal peut s’accompagner d’autres effets secondaires, comme la prise de poids ou la mastodynie. 
  • L’alimentation : pour réduire les symptômes de la ménopause, n’hésitez pas à consommer des aliments contenant du calcium, du phosphore, du magnésium et de la vitamine D. Il est aussi possible de consommer certains nutriments essentiels via la supplémentation alimentaire. 
  • Une meilleure hygiène de vie : au-delà de l’alimentation, adopter un mode de vie sain pourra vous aider à mieux gérer cette période. Notamment avec de l’exercice régulier pour maîtriser la prise de poids, des exercices de méditation pour limiter le stress, l'arrêt du tabac, la consommation d’eau, etc. 
  • La thérapie de fertilité : si vous souhaitez avoir un enfant et que vous avez des symptômes de préménopause, il n’est pas encore trop tard. Même si c’est plus difficile, car les ovaires ne fonctionnent plus à plein régime. Dans ce cas, vous pouvez vous tourner vers des alternatives, comme la fécondation in vitro (FIV) ou l'insémination artificielle. Et, si vous ne souhaitez plus d’enfant, la prise du contraceptif reste indispensable, car un “accident” peut toujours arriver. 

 

Quel que soit votre âge, il existe plusieurs traitements pour limiter l’impact de la ménopause précoce sur votre vie. 

Retour au blog