Mademoiselle Culotte : la première marque française 🇫️🇷️ à avoir rendu la culotte menstruelle accessible à toutes les femmes.
Première consultation gynécologique - Comment s'y préparer ?

Première consultation gynécologique - Comment s'y préparer ?

Touchant l’intimité la plus profonde des femmes, la première consultation gynécologique peut être intimidante. Et pourtant, ce rendez-vous est absolument indispensable pour s’assurer du bon fonctionnement des organes génitaux féminins. Alors pour que cette première visite avec le gynéco se déroule au mieux, Mademoiselle Culotte vous a concocté un guide visant à lever vos doutes et appréhender cette consultation avec sérénité. 


Pourquoi consulter un gynécologue ? 


Spécialiste de l’appareil génital féminin, le gynécologue peut intervenir à différentes étapes de la vie des femmes ; que ce soit la puberté, la ménopause, une grossesse, etc. 

Mais au-delà de ces événements “uniques”, il existe 1001 raisons de consulter un gynécologue, telles que :

  • Des symptômes étranges, comme des mauvaises odeurs vaginales, des démangeaisons au niveau des parties intimes, des rapports sexuels douloureux, etc ;
  • Des règles “anormales” (trop longues, trop abondantes, trop espacées, trop douloureuses,...) ; 
  • Un examen médical visant à diagnostiquer ou traiter une maladie ; 
  • Une visite de routine ; etc. 

Bref, pour tout ce qui touche à votre intimité, vous devez consulter un gynécologue. Il pourra alors s’assurer de votre bonne santé et éventuellement dépister une maladie liée à votre appareil génital, comme une infection sexuellement transmissible, un cancer gynécologique, une endométriose, un cancer du sein…


À quel âge consulter un gynéco pour la première fois ? 


Il n’y a pas de règles quant à l’âge de la première consultation gynécologique. Cela dit, nous vous recommandons de prendre rendez-vous avant vos 25 ans. En effet, c’est à cet âge que les professionnels de santé recommandent le frottis. Il s’agit d’un examen gynécologique visant à dépister le cancer du col de l’utérus. 

Mais vous pouvez très bien y aller avant, et même avant vos 18 ans (notamment pour une prescription de pilule contraceptive). D’ailleurs, si vous êtes mineure, l’autorisation parentale n’est pas requise. 

Quel que soit votre âge, il est primordial de maintenir un suivi gynécologique tous les ans.

 

Comment se préparer à la première consultation gynécologique ?


Bien qu’essentielle, la première consultation gynécologique fait peur à de nombreuses femmes. Alors voici nos astuces pour bien la préparer. 

 

Bien choisir son professionnel de santé 


Pour réaliser des examens gynécologiques de routine, il est possible de s’adresser à différents professionnels de santé : 

  • Un gynécologue à proprement parler ; 
  • Un médecin généraliste (idéalement votre médecin traitant) ; 
  • Une sage-femme. 

Alors pour choisir le professionnel qui vous accompagnera une bonne partie de votre vie de femme, prenez votre temps. N’hésitez pas à demander aux femmes autour de vous.

L’important, c’est de consulter un professionnel en qui vous avez confiance. Ce peut être une femme, ou un homme si vous êtes à l’aise. 


Récolter un maximum informations 


Avant votre première consultation gynécologique, n’hésitez pas à récolter un maximum d’informations, que ce soit sur le lieu, les facilités d’accès, la durée du rendez-vous, les honoraires pratiqués, les modalités de paiement, … Cela vous évitera de vous encombrer avec des formalités administratives. 

Cette récolte d’information va aussi dans les deux sens. Pour faciliter le travail du médecin, n’hésitez pas à réunir les résultats d’anciens examens ou encore antécédents médicaux au sein d’un dossier médical. 

S’habiller pour le premier rendez-vous gynécologique 


En soi, il n’est pas nécessaire de porter une tenue particulière pour sa première consultation gynécologique. Cela dit, vous pouvez suivre ces recommandations si elles vous semblent adaptées : 

  • Choisissez des vêtements dans lesquels vous êtes à l’aise (exit le jean qui vous serre à la taille) ; 
  • Privilégiez une robe ou une jupe longue si vous ne souhaitez pas trop dévoiler votre intimité ; 
  • Emportez une protection hygiénique (comme la culotte menstruelle) car certains examens peuvent provoquer des saignements. 

En revanche, vous n’avez pas besoin de vous épiler ou encore moins de réaliser une douche vaginale. Même si évidemment, une bonne hygiène intime est recommandée (mais ça, c’est toute l’année). 

Bon à savoir : si vous avez vos règles, il n’est pas nécessaire d’annuler votre première consultation gynécologique. En effet, la plupart des examens peuvent être réalisés malgré la présence des écoulements sanguins. 

 

 

Comment se déroule la visite chez le gynéco ? 


Se préparer pour sa première consultation gynécologique, c’est quand même plus facile si vous savez comment ça va se passer. Alors voici les étapes. 


Les questions 


La consultation commence par une série de questions de routine, telles que : 

  • Souffrez-vous d’une quelconque maladie ? 
  • Y a-t-il des antécédents médicaux dans votre famille (comme un cancer du sein, du col de l’utérus, du diabète, …) ?  
  • Suivez-vous un traitement médicamenteux ? 
  • Quand avez-vous eu vos premières règles ? Sont-elles régulières ? Douloureuses ? Quelle est la couleur du sang ?
  • Avez-vous déjà eu des rapports sexuels ? (surtout pour une première consultation gynécologique avec des jeunes filles

L’idée étant d’analyser votre état de santé global. 

À ce moment, vous pourrez aussi poser toutes les questions qui vous passent par la tête. Et surtout, n’ayez aucune gêne. Il n’y a pas de questions “bêtes”. 


L’examen gynécologique


En général, vous n’avez pas besoin d’être nue pour l’examen gynécologique, surtout si c’est la première consultation gynécologique. Mais vous devrez tout de même enlever le haut ou le bas. 

Une fois que vous êtes partiellement déshabillée, vous devrez vous installer sur la table et poser les pieds dans l’étrier. À partir de là, le gynéco peut commencer son travail. Mais les examens varient selon le motif de la consultation : 

  • Une palpation des seins et des aisselles : l’objectif est d’identifier un éventuel cancer du sein. Le médecin doit également vous expliquer les gestes à effectuer pour que vous puissiez le réaliser chez vous. 
  • Le toucher vaginal : il a pour but de vérifier la position des organes génitaux, les ovaires, l’utérus et le périnée. Pour cela, le gynécologue introduit 2 doigts dans le vagin (il doit toujours porter des gants) et palpe votre ventre dans l’autre main. Cet examen n’est pas obligatoire et le médecin doit vous demander votre consentement. 
  • Le frottis : essentiel pour le dépistage du cancer du col de l’utérus. Pour ce faire, le gynéco réalise un prélèvement des cellules utérines. Il va alors utiliser un spéculum pour écarter les parois vaginales avant d'insérer un coton-tige pour le prélèvement. Là encore, rien d’obligatoire. 
  • L’échographie transvaginale : il insère une sonde dans le vagin pour vérifier que tout fonctionne correctement. Cette échographie approfondie permet de calculer la taille des organes et de vérifier les muqueuses. 
  • L’échographie du ventre : c’est encore une observation des organes, mais moins approfondie. Elle est privilégiée pour les jeunes filles qui n’ont jamais eu de rapports sexuels.

Que faire en cas de violences gynécologiques ? 


Le 19 novembre 2014, les témoignages de milliers de femmes débarquent sur Twitter avec le hashtag #PayeTonUtérus. Elles y relatent des violences gynécologiques qu’elles ont subies. Parfois, il s’agit d’agressions sexuelles, d’autres fois, ce sont des examens pratiqués sans consentement, un refus de pratiquer l’IVG, ou encore des commentaires déplacés. Dans tous les cas, ce sont des violences gynécologiques. 

Si un tel cas vous arrive, n’hésitez pas à en discuter autour de vous. Et s’il s'agit de faits graves, vous pouvez le reporter auprès du Conseil National de l'Ordre des Médecins, voire d’un commissariat de police. La parole est de plus en plus libérée à ce sujet, alors n’ayez crainte. 

Retour au blog