Les règles après un curetage, comment ça se passe ?

Les règles après un curetage, comment ça se passe ?

Parce que toutes les grossesses n’arrivent pas toujours à terme (fausse couche ou avortement), il est parfois nécessaire de procéder à une intervention chirurgicale pour expulser le fœtus ou l’embryon. C’est le curetage. Et comme il s’agit d’une intervention médicale, le corps de la femme s’en retrouve forcément perturbé. Notamment les menstruations. Alors comment ça se passe ? Quelles sont les précautions à prendre ? Quels sont les risques ? Comment se passent les règles après le curetage ? Mademoiselle Culotte répond à vos questions. 


C’est quoi un curetage ?

 

Le curetage est une intervention consistant à insérer une curette (comme une petite cuillère à bord tranchant) dans l’utérus. L’objectif : éliminer les restes d'embryon et de placenta. En effet, après une interruption volontaire de grossesse (IVG) chirurgicale ou une fausse couche, les contractions utérines sont censées expulser ces résidus. Mais ce n’est pas toujours suffisant. Le curetage est alors nécessaire. 


Pourquoi faire un curetage ?


Bien souvent, les curetages sont pratiqués en période post-partum, après une fausse couche ou un avortement chirurgical. Dans ces hypothèses, le curetage vient en complément de l’aspiration. Celle-ci a pour but d’éliminer tous les débris placentaires. Mais il peut rester des traces. Alors afin de limiter les infections liées aux résidus de muqueuse et autres débris placentaires, le curetage est pratiqué. 

Le curetage peut aussi intervenir dans le cadre d’une grossesse extra-utérine. Dans ce cas, une aspiration sous coelioscopie est pratiquée afin d’aspirer l’embryon qui s’est implanté au mauvais endroit (dans les trompes de Fallope). Et là encore, le curetage a le même objectif : éliminer les résidus. 

Outre ces cas liés à la fécondation, il existe d’autres hypothèses nécessitant cette intervention : 

  • Les règles très abondantes : elles peuvent être liées à une muqueuse utérine très épaisse provoquant des métrorragies importantes. L’intervention a pour but d’enlever l’excédent de muqueuse, et donc d’atténuer les saignements. En savoir plus. 
  • Une suspicion de cancer ou pré-cancer : l’idée est d’analyser l’endomètre. On parle alors de curetage biopsique.
  • Un fibrome ou  polype utérin : il s’agit d’éliminer les excroissances qui se développent dans l’utérus.
  • Suite à la pose d’un stérilet : le DIU (dispositif intra-utérin) cause une inflammation au niveau de l’endomètre. Or, dans certains cas, cela peut aboutir à plusieurs complications. L’objectif du curetage est d'éliminer la cause de l’infection. 

Quelle que soit la raison, les règles sont très souvent affectées après un curetage. 

 

pourquoi faire un curetage

 

Comment se déroule un curetage ?

 

Bien que le curetage puisse faire peur, il s’agit d’une intervention très rapide qui dure moins d’une demi-heure (plus ou moins 10 minutes). Sous anesthésie locale ou générale, le gynécologue va d’abord dilater le col de l’utérus avant d’insérer la curette. Celle-ci passe par le col, le vagin puis la cavité utérine. Tout au long du chemin, l’instrument va gratter les parois de l’utérus pour récupérer la muqueuse endométriale et le contenu intra-utérin (comme les débris placentaires ou les caillots résiduels). C’est ça qui permet de remettre votre utérus en état. 

La plupart du temps, le curetage se déroule en ambulatoire. C’est-à-dire que vous arrivez le matin pour l’intervention et vous repartez le soir même. Pendant la journée, les médecins surveillent votre état de santé afin de prévenir les éventuelles complications. 

Mais attention, il ne s’agit pas d’une intervention anodine. D’ailleurs, les règles sont généralement perturbées après un curetage. 

 

Que se passe-t-il après un curetage ?


Bien que le curetage soit une opération tout à fait banale, il convient d’être conscient des suites possibles de cette intervention. Et notamment des douleurs dans le bas-ventre. Elles peuvent apparaître dès la fin de l’opération. Mais en principe, elles restent supportables (un peu comme les douleurs de règles). C’est en partie pour cette raison que vous devez rester sur place après l’intervention. Si les douleurs sont trop intenses, le gynécologue reste disponible pour procéder à un examen complémentaire, et éventuellement vous prescrire des anti-douleurs.


Comment se passe le retour des règles après un curetage ?


Délai


Les premières règles après un curetage, c’est le signe que tout va bien ; que le cycle menstruel reprend son cours. Mais évidemment, toutes les femmes réagissent différemment face à cette intervention chirurgicale. En effet, l’utérus et le système hormonal ont besoin de se rétablir. Le retour des menstruations peut donc prendre plus ou moins de temps en fonction de la guérison de chacun. 

Si tout va bien, les règles réapparaissent sous un délai de 30 à 40 jours après le curetage. Le premier jour de vos règles correspond alors au premier jour de votre nouveau cycle. Avant cela, le cycle menstruel est en quelque sorte mis sur pause. 

Mais cela dépend aussi des causes de l’intervention. Par exemple, en cas de fausse couche ou d’IVG dans les 5 premières semaines de grossesse, l’organisme n’a pas été trop perturbé par l’explosion des hormones. En revanche, plus on avance dans les semaines d’aménorrhées, plus les bouleversements hormonaux sont intenses. Le corps aura donc besoin de plus de temps pour retrouver son équilibre. 

Cela dit, si après 3 mois, les règles ne sont toujours pas apparues, n’hésitez pas à prendre rendez-vous avec votre gynécologue. 


Flux sanguins 


Au-delà de l’apparition des premières règles après le curetage, il y a aussi leur intensité qui varie. Bien souvent, le flux est plus abondant. Ceci est dû à l'inflammation de l’utérus suite à l’intervention. 

Vous pourrez même voir apparaître des caillots de sang dans vos menstruations, mais rassurez-vous, c’est tout à fait normal. Il s’agit simplement de fragments de muqueuse utérine ou de sang coagulé. Après deux ou trois cycles, vos règles retrouveront leur flux habituel. 

Mais si ce n’est pas le cas et si les règles abondantes s’accompagnent de douleurs pelviennes intenses, de la fièvre, des mauvaises odeurs ou d’un aspect inhabituel, n’hésitez pas à consulter un médecin. 


Quelles précautions après un curetage ?


Le curetage affecte fortement vos organes internes. Alors même si les règles interviennent plusieurs semaines après le curetage, il est préférable de ne pas insérer de protection hygiénique interne pendant les premiers cycles. C'est-à-dire, pas de tampon ni de coupe menstruelle. Ces derniers pourraient irriter la muqueuse vaginale et provoquer une infection. À la place, privilégiez les culottes menstruelles. Elles vous garantissent un confort et une absorption optimale. Après plusieurs jours dans ces sous-vêtements de règles, vous ne pourrez plus vous en passer. 

Au-delà des protections hygiéniques, c’est aussi la pénétration qu’il faut limiter. Alors mieux vaut éviter les rapports sexuels dans les deux semaines suivant un curetage. De même, évitez le bain ou la piscine pendant les premières semaines afin que le col de l’utérus se referme correctement. 

Une dizaine de jours après l’intervention, vous devrez consulter de nouveau le médecin pour un suivi des résultats. 

Retour au blog