Découvrir Mademoiselle Culotte : la première marque française 🇫️🇷️ à avoir rendu la culotte menstruelle accessible à toutes les femmes.
Femme pensive allongée

Sécrétions vaginales - Lesquelles sont "normales" ?

Blanches, jaunâtres, verdâtres, roses, malodorantes, … les sécrétions vaginales peuvent prendre différentes formes. Si la plupart du temps, elles participent au fonctionnement normal de l’organisme, elles peuvent aussi révéler certaines pathologies ou infections. Alors quand sont-elles normales ? Et surtout, quand faut-il consulter ? On vous dit tout. 


Quels sont les différents types de sécrétions vaginales ?


Les pertes blanches et transparentes 


Les sécrétions vaginales font partie intégrante du cycle menstruel. La plupart du temps, ces pertes vaginales ont plutôt un aspect blanc et transparent sans odeur particulière (parfois sous forme de liquides jaunâtres). Elles répondent à plusieurs objectifs : 

  • La protection de la muqueuse : ces pertes blanches sont produites par des glandes sécrétoires situées au niveau du col de l’utérus et des parois du vagin. Elles produisent des bactéries saines qui vous protègent contre les éventuelles  infections. L’objectif est de nettoyer le vagin et de maintenir l’équilibre de la flore vaginale. 
  • Le transport des spermatozoïdes : il s’agit de la glaire cervicale ou mucus cervical. Les sécrétions sont alors produites par les glandes du col de l’utérus. La glaire cervicale blanche apparaît principalement en période d’ovulation, puisqu’elle a pour objectif de faciliter le transport des spermatozoïdes jusqu’à l’intérieur de l’utérus. À cette période, le mucus présente un aspect plus visqueux.
  • La lubrification : afin de faciliter la pénétration lors des rapports sexuels, l’intérieur du vagin s’humidifie naturellement. Ce liquide est sécrété par les glandes de Bartholin en cas d’excitation. Mais attention, la lubrification ne dépend pas uniquement du niveau d’excitation. 

Pour toutes ces raisons, les sécrétions vaginales apparaissent comme un phénomène parfaitement normal, et surtout nécessaire pour assurer la bonne santé de la femme. Cela dit, d’autres formes de pertes peuvent révéler des pathologies plus inquiétantes. 

Bon à savoir : la quantité de pertes vaginales varie fortement d’une femme à l’autre. Notamment à cause des fluctuations hormonales, de la période du cycle menstruel ou encore de la méthode de contraception utilisée. Si vous avez des sécrétions abondantes, n’hésitez pas à porter une culotte menstruelle pour éviter de tacher vos sous-vêtements. Découvrez nos modèles sur cette page. 

 

femme pensive allongée

 

Les pertes blanchâtres et épaisses


Lorsque les pertes blanches sont plus épaisses (notamment si elles ressemblent à du lait caillé), il peut avoir lieu de s’inquiéter. En effet, c’est souvent le signe d’une candidose génitale (ou mycose vaginale). Celle-ci fait suite au développement d’un champignon présent dans le vagin (le candida albicans). Si ce champignon est normalement présent dans votre organisme, il l’est en petite quantité. À l’inverse, en cas de déséquilibre de la flore vaginale, il se développe de manière exponentielle, provoquant ainsi une candidose génitale. 

Alors pourquoi un tel déséquilibre ? Voici plusieurs facteurs favorisant le développement anormal du candida albicans : 

  • Des antibiotiques ;
  • Des rapports sexuels non protégés : 
  • Des lésions ou irritations de la peau ;
  • Une grossesse ;
  • Un système immunitaire affaibli (diabète, VIH, chimiothérapie).

Au-delà de l’aspect des sécrétions vaginales, la mycose s'accompagne de plusieurs désagréments, comme des démangeaisons et des douleurs pendant les relations sexuelles (dyspareunie). Dès lors que vous rencontrez ces différents symptômes, il convient de consulter rapidement un médecin. Celui-ci vous prescrira un ovule et une crème antifongique.


Les pertes jaunâtres ou verdâtres 


Les sécrétions vaginales de couleur jaunâtre ou verdâtre sont généralement le signe d’une IST. Plus précisément, il s’agit de la vaginite à Trichomonas.

Cette infection sexuellement transmissible se traduit également par d’autres symptômes : 

  • Des pertes vaginales mousseuses et abondantes ; 
  • Des pertes malodorantes (comme une odeur de poisson pourri) ; 
  • Des irritations (notamment lors des mictions ou des rapports sexuels). 

Les symptômes apparaissent souvent plusieurs semaines après la contamination par le parasite. Pour les éviter, il est primordial d’avoir des relations intimes protégées (dès lors que vous n’êtes pas dans une relation exclusive avec votre partenaire). 

Là encore, nous vous conseillons de consulter un médecin ou un gynécologue rapidement. Il réalisera un prélèvement vaginal pour détecter l’infection. Si le trichomonas est bel et bien présent,  un traitement antibiotique vous sera prescrit. Et surtout, n’oubliez pas de prévenir vos partenaires sexuels pour éviter la contamination à d’autres femmes. 

Bon à savoir : des pertes jaunâtres peuvent aussi être parfaitement normales. En effet, si les sécrétions vaginales sont traditionnellement blanches et transparentes, elles peuvent aussi jaunir lorsqu’elles entrent au contact de l’air ou juste avant l'arrivée des règles.


Les pertes roses ou marrons 


Ces sécrétions vaginales sont souvent dues à la présence du sang. On parle alors de spotting. C’est courant en fin et en début de règles, pendant l’ovulation ou après l’accouchement. 

Cela dit, d’autres phénomènes peuvent expliquer des pertes de sang en dehors des règles, comme un changement de contraception, des infections sexuellement transmissibles (chlamydia ou gonorrhée), des fibromes ou des polypes utérins. Ces différentes pathologies s‘accompagnent généralement de douleurs dans le ventre. Si vous ressentez d’autres symptômes que des sécrétions vaginales anormales, consultez un professionnel de santé le plus rapidement possible afin qu’il pose un diagnostic. 


Les sécrétions vaginales malodorantes 


Comme vu précédemment, les sécrétions vaginales malodorantes sont courantes en cas de trichomonas. Mais d’autres phénomènes peuvent expliquer l’apparition d’odeur anormale : 

  • Une hygiène intime trop intense provoquant un déséquilibre de la flore vaginale ; 
  • Un changement d’habitude alimentaire (certains aliments dégagent une odeur très forte qui se retrouve à l’intérieur de votre culotte) ;
  • Un traitement médicamenteux ; 
  • Une vaginose bactérienne (les écoulements sont alors sécrétés en abondance). 

C’est pourquoi, il est primordial de consulter en cas d’odeur anormale. 


Quand consulter ?


Vous l’aurez compris, la consultation en cas de sécrétions vaginales anormales (couleurs, aspects, odeur, abondance, …) est surtout liée à d’autres symptômes. Ainsi, si vous ressentez des saignements, des douleurs pelviennes, des démangeaisons ou des irritations, nous vous recommandons de prendre rendez-vous avec un médecin généraliste ou un gynécologue. Celui-ci réalisera plusieurs examens (bilan sanguin, prélèvement, ..) pour comprendre l’origine de ces pertes vaginales. Et si besoin, il vous prescrira le traitement adapté. 



Retour au blog