Découvrir Mademoiselle Culotte : la première marque française 🇫️🇷️ à avoir rendu la culotte menstruelle accessible à toutes les femmes.
Règles et ramadan - Comment les concilier ?

Règles et ramadan - Comment les concilier ?

Chaque année, les musulmans du monde entier sont invités à faire le ramadan. Un mois de purification à travers le jeûne et la prière. Mais pour les femmes menstruées qui perdent déjà de l’énergie en période de règles, ce jeûne n’est pas toujours une bonne idée. Alors quels sont les risques pendant les menstruations ? Quelles sont les règles du ramadan ? Comment concilier ramadan et menstruations ? Mademoiselle Culotte répond à vos questions. 


Le ramadan - l’un des piliers de l’Islam 


Le neuvième mois du calendrier islamique est le plus sacré pour les musulmans. C’est à cette période que se déroule le ramadan. Un mois de célébration, d’adoration et de croissance spirituelle.

Pendant 29 à 30 jours, les croyants doivent respecter un ensemble de règles pour purifier leur corps et leur esprit : 

  • Jeûner du lever au coucher du soleil : ils ne peuvent ni manger, ni boire une seule goutte d’eau. C’est une épreuve qui “exprime la reconnaissance du croyant envers son Créateur”. 
  • S’abstenir des autres besoins physiques pendant la journée : comme fumer ou avoir des rapports sexuels. 
  • Adopter un comportement exemplaire : notamment à travers des actes de charité, comme l'aumône aux pauvres. En outre, il est interdit de médire, mentir, tricher, insulter et faire usage de la violence. 
  • Prier : les croyants peuvent prier chez eux ou à la Mosquée afin de rendre hommage au dieu Allah et au prophète Mahomet. Sans oublier de réciter le Coran tous les jours (mais pas forcément dans son intégralité). 

Si les restrictions sont fortes pendant la journée, elles tombent à la tombée de la nuit. Les musulmans peuvent manger et boire. Généralement, cela se déroule autour d’un grand repas. L’idée est de célébrer le partage et les valeurs familiales. C’est un moment de fête où chacun se retrouve. Mais la vraie célébration se déroule à la fin du ramadan avec la fête de l'Aïd-el-Fitr. 

 


Les règles en période de ramadan 


Une période d'élévation spirituelle est bénéfique à tous, aussi bien les hommes que les femmes. Seulement voilà, en période de ramadan, il y a le jeûne imposé. Et ça peut poser quelques problèmes aux femmes qui ont leurs règles. 


Menstruations et jeûne


En période de menstruations, le corps des femmes dépense davantage d’énergie qu’en temps normal. Il est marqué par les fluctuations hormonales et les contractions utérines nécessaires à l’expulsion des saignements. Et ça fatigue. 

Tout comme le jeûne. Ne pas manger toute une journée n’est pas mauvais en soi. Mais répéter l’exercice tous les jours (surtout en période d’affaiblissement énergétique) est loin d’être bénéfique. En plus de la fatigue intense, cela peut provoquer des évanouissements, de l’hypoglycémie, des vertiges et la déshydratation en période de forte chaleur. 

C’est justement pour cette raison que la pratique du jeûne pendant le ramadan n’est pas adaptée à tout le monde. 

  • Les enfants : le jeûne commence uniquement chez les prépubères.
  • Les femmes enceintes ou allaitantes : ces restrictions alimentaires pourraient mettre la vie du fœtus en danger et affaiblir la jeune maman. 
  • Les malades ou les personnes âgées : c’est particulièrement vrai pour les personnes souffrant de maladie chronique comme le diabète ou l’hypertension. 
  • Les personnes qui voyagent : l’interruption du jeûne est admise dès lors que le voyage est de plus de 84 kilomètres. 
  • Les femmes menstruées : cela concerne aussi les femmes qui ont des lochies (les saignements qui apparaissent en période post-partum). 

En période de règles, les femmes ont besoin d’un apport en fer suffisant pour faire face à la perte de nutriments liés aux écoulements sanguins (en particulier si vous avez des règles abondantes). À défaut, le risque d’anémie augmente. 

Sans oublier que le jeûne peut accentuer d’autres symptômes prémenstruels, comme les douleurs abdominales, les troubles digestifs, les maux de tête ou encore les sautes d’humeur. Jeûner en période de règle ou de syndrome prémenstruel (SPM) est donc une très mauvaise idée pour l’organisme. 


Une pause pendant le ramadan


Si le jeûne est déconseillé aux femmes qui ont leurs règles, elles peuvent toujours récupérer ces jours à la fin de la période du ramadan. Et même plus tard dans l’année, tant que la période de jeûne manquée s’effectue avant le prochain ramadan. 

Cela dit, à la fin de leurs menstruations, les femmes doivent observer un rituel ;  le ghosl ou grandes ablutions. Il s’agit d’une toilette de purification qui autorise spirituellement les femmes à reprendre les voies du ramadan. 

Bon à savoir : il s’agit bien d’un rituel religieux. Mais rappelons qu’en aucun cas le sang des règles n’est sale. Il n’a donc pas besoin d’être purifié. Ce n’est pas un péché d’avoir ses règles, c’est juste la nature. 

Les femmes qui ont leurs règles ne sont pas exclues de pratiquer le ramadan, simplement de jeûner. Pendant cette période, elles peuvent continuer à montrer leur dévotion envers Allah via la prière, se montrer généreuses, réciter le Coran, etc. 


L’interruption des règles pendant le ramadan 


Au-delà des restrictions liées au jeûne, le ramadan est surtout une période de croissance spirituelle et de partage. À la nuit tombée, tout le monde se réunit autour d’un bon repas. Ne pas jeûner pendant cette période peut être perçu comme une forme d’exclusion, de mise à l’écart. 

C’est pourquoi, certaines femmes choisissent d’interrompre leurs règles pendant le ramadan. Comment ? Elles peuvent utiliser des méthodes de contraception hormonales, comme la pilule. Il s’agit alors d'enchaîner deux plaquettes pour ne pas avoir ses règles pendant plus d’un mois. 


Que ce soit en rattrapant le jeûne, en priant ou en retardant ses menstrues, il existe pleins de manières de concilier ramadan et jeûne. 

Retour au blog