Spotting en dehors des règles : Pourquoi et comment l’arrêter ? – Mademoiselle Culotte

Spotting : Définition, causes, solutions

Des taches de sang qui apparaissent en dehors des règles, c’est souvent inquiétant. Et pourtant, le spotting est, la plupart du temps, bénin. Alors quelles sont les causes du spotting ? Et comment l’arrêter ? Découvrez les réponses dans cet article. 


C’est quoi le spotting ? 


Spotting est un anglicisme qui vient du terme spot, soit tache en français. En gynécologie, le spotting renvoie aux taches de sang qui apparaissent en dehors des règles. 

Il ne faut donc pas confondre le spotting et les menstruations. Pour vous aider à faire la différence, voici quelques astuces : 


La quantité


Le spotting produit nettement moins d’écoulement de sang que les règles. En général, il ne s’agit que de gouttelettes. Par ailleurs, la quantité de sang évacuée est toujours la même. Alors qu’en période de menstruation, les quantités fluctuent. Bien souvent, elles sont plus importantes en milieu de cycle et diminuent à la fin. 


L’aspect 


En période de règles, le sang est toujours plus ou moins rouge selon les femmes. Pour le spotting, la couleur est brune. Et pour cause, il s’agit de gouttelettes de sang restées dans l’appareil génital pendant plusieurs jours. Comme le sang s’oxyde, il est plus foncé. 


La durée 


Les règles ont toujours la même durée. Selon les femmes, les menstruations peuvent durer entre 4 à 7 jours. Et ce, tous les mois. À l’inverse, la durée du spotting est extrêmement fluctuante. Notamment en raison de l’origine des saignements. Dans certains cas, ces pertes de sang en dehors des règles s’étalent sur une ou deux journées. Alors que dans d’autres, le spotting peut durer plusieurs semaines. 


L’intervalle 


Pour la plupart des femmes, les règles surviennent à un intervalle régulier. Par exemple, tous les 28 jours, tous les 23 jours ou tous les 32 jours. Cela dépend de votre cycle menstruel. Alors, à moins que vous n’ayez des règles irrégulières, vous devriez savoir quand surviendront vos prochaines menstruations. Avec le spotting, il est impossible de savoir quand ces taches de sang apparaîtront. Le spotting peut, en effet, intervenir avant les règles ou après. 


Les symptômes 


Les règles douloureuses sont malheureusement le fléau de nombreuses femmes à travers le monde. Vous pouvez ressentir des douleurs abdominales, des maux de tête, des nausées, de la fatigue, … À l’inverse, le spotting n’est pas censé être douloureux. 

 

Quelles sont les causes du spotting ? 


Une nouvelle contraception hormonale


La pilule, les implants, le stérilet hormonal, les patchs et l’anneau vaginal sont des méthodes de contraception qui contiennent une certaine quantité d’œstrogènes et/ou de progestérone afin de réguler le cycle menstruel. Or, si vous avez modifié votre contraception hormonale récemment, cela peut perturber votre organisme. Le spotting peut alors apparaître du fait de ce changement. Bien souvent, les saignements disparaissent naturellement en quelques semaines. Cela dit, nous vous conseillons de consulter votre gynécologue, car ces taches de sang sont souvent le signe d’une contraception inadaptée. 

Outre le changement de méthode contraceptive, le spotting apparaît aussi si vous oubliez un comprimé de votre plaquette ou si vous prenez la pilule en continu. 

Et si vous avez du spotting entre les règles sans pilule ou autres contraceptifs, il y a d’autres causes qui expliquent ces taches de sang. 


Une grossesse


Il est très fréquent de voir apparaître des taches de sang au cours du premier trimestre de grossesse. À tel point que certaines femmes font parfois la confusion entre règles et grossesse. En réalité, le spotting est très courant chez les femmes enceintes. En effet, dans les premiers mois, l’embryon s’implante dans l’utérus : c’est la période de nidation. Or, ce phénomène peut provoquer des hémorragies d’implantation. Dans ce cas, on parle de spotting à la place des règles. 

Si les saignements sont bénins, ils peuvent aussi s'accompagner de douleurs abdominales ou pelviennes. Dans ce cadre, nous vous conseillons de consulter rapidement votre gynécologue, car cela peut aussi être le signe d'une fausse-couche.


L’ovulation


Le spotting peut aussi apparaître lors de l’ovulation. Il s’agit alors de saignements très brefs (quelques jours au maximum). Pour savoir si l’ovulation est à l’origine du spotting, il vous suffit de suivre votre cycle menstruel. L’ovulation apparaît, en effet, au milieu. La plupart du temps, c’est le 14ème jour suivant le début des règles (si vous avez un cycle de 28 jours). 


Le stress ou le jet lag


Le stress ou le jet-lag n’affecte pas seulement votre bien-être et votre sommeil, mais aussi vos hormones. Alors si vous vivez une période difficile, stressante ou que vous voyagez loin, vous subirez un dérèglement hormonal, qui peut également causer du spotting. 


La préménopause


La préménopause est une période de dérèglement hormonal intense. En effet, l'œstrogène et la progestérone, qui régulent le cycle féminin, sont totalement perturbés. Ce bouleversement va alors provoquer une multitude de symptômes, comme les bouffées de chaleur, des règles abondantes, des troubles du sommeil, et notamment de légers saignements. Autrement dit, du spotting. 


Des problèmes médicaux


D’autres pathologies sérieuses peuvent aussi causer du spotting : 

  • Une infection sexuellement transmissible : certaines IST peuvent provoquer des taches de sang. Mais la plupart du temps, d’autres symptômes apparaîtront également, comme des douleurs pendant la miction ou des douleurs pelviennes.
  • Des fibromes et polypes utérins : dans ce cadre, vous constaterez aussi des règles plus abondantes et/ou des douleurs pelviennes. 
  • Des anomalies du col de l’utérus : les cancers du col de l’utérus, de l’utérus ou de l’ovaire peuvent également provoquer du spotting. Les taches de sang apparaîtront principalement au moment des rapports sexuels, accompagnés de douleurs (que l’on appelle dyspareunie).

Si le spotting est majoritairement bénin, il peut aussi être le signe d’une pathologie plus sérieuse. Alors si vous constatez que les saignements perdurent dans le temps et qu’ils s’accompagnent d’autres symptômes, n’hésitez pas à consulter rapidement votre gynécologue. 


Spotting, faut-il s’inquiéter ?


Comme vu précédemment, les causes qui provoquent le spotting sont diverses et variées. Et dans certains cas, ces saignements peuvent cacher des pathologies plus sérieuses. Nous vous conseillons alors de consulter un médecin si les saignements apparaissent dans les hypothèses suivantes : 

  • après des rapports sexuels ;
  • après la ménopause ;
  • lors d’un changement de contraception hormonale ;
  • après une lésion non cicatrisée au niveau de votre vulve ou de votre vagin ;
  • avec des démangeaisons ou des douleurs vaginales. 

Dans ce cadre, le médecin pourra réaliser un bilan hormonal afin de comprendre la cause du spotting, et ainsi vous fournir le traitement adapté. 


Comment limiter le spotting ?


Pour arrêter le spotting, il faut d’abord en identifier la cause. Par exemple : 

  • En cas de contraception inadaptée : les saignements disparaîtront lorsque vous aurez trouvé la meilleure contraception. 
  • En cas de préménopause ou de dérèglement hormonal : un traitement hormonal pourra vous aider à limiter les effets. 
  • En cas de fibrome ou de polype : une intervention chirurgicale sera nécessaire. 
  • En cas d’IST : la prise d’antibiotique est généralement recommandée. 

Et si les écoulements de sang sont liés à une grossesse ou une ovulation, vous n’aurez pas besoin de traitement. Pour limiter le spotting, et surtout éviter de tacher vos beaux sous-vêtements, n’hésitez pas à utiliser nos culottes menstruelles.